Changement de directeur à la Maison Folie Beaulieu

Scène du spectacle Patient.

Ouverte en octobre 2009 à Lomme, la Maison Folie Beaulieu propose, tout au long de l’année scolaire, spectacles, théâtre, danse, expositions et concerts, notamment de jazz et de blues dont elle s’est faite une spécialité. Le 1er mai dernier, Lionel Delecroix succédait à Nicolas Ammeux à sa tête. Entre nouveautés et continuité, Sneetch vous emmène à la découverte de ce lieu et de son nouveau directeur.

Avant d’en prendre les rênes, le lieu n’était pas inconnu à Lionel Delecroix. Celui-ci le fréquentait régulièrement, par plaisir : « J’ai toujours trouvé que c’était une superbe salle, avec une belle programmation, une belle image, une reconnaissance ». Il faut savoir qu’il arrive avec une certaine expérience dans le milieu culturel. Organisateur depuis 3 ans du festival GohelleFest, éco-festival métal du Bassin Minier, il avait assuré la direction du théâtre du Colisée à Lens, et, plus récemment, la direction de l’espace culturel Edouard Pignon de Bully-les-Mines. Un CV bien rempli qui fut un avantage conséquent au moment de la sélection du nouveau directeur : «  Je suis arrivé avec mon réseau et ça m’a aidé dans le fait d’être choisi ». Après être arrivé à Lomme pour se rapprocher de la métropole et de ses sorties culturelles, l’offre à Beaulieu est arrivée comme une opportunité à saisir étant donnée la proximité : « L’intérêt ici, c’est qu’il y a vraiment une démarche artistique intéressante par rapport à d’autres salles où j’ai pu travailler. On met vraiment l’artiste au centre de la réflexion. On va essayer de le soutenir, lui donner de très bonnes conditions. »

Agir dans la continuité

La Maison Folie Beaulieu jouit d’une très bonne réputation, et ça Lionel Delecroix en est bien conscient. Il compte en ce sens agir dans la continuité du travail réalisé par Nicolas Ammeux, son prédécesseur. «  L’image est déjà présente à Beaulieu, l’image de spectacles de qualité, le jazz, le blues c’est une image. Les spectacles jeunes public avec notamment les lectures musicales ça en est une autre. Les bals, tout ce qui est très populaire en est une dernière (…) et ça bien évidemment qu’on ne va pas y toucher. Ce serait dommage après tout le travail qui a été fait. ». Autre symbole de cette volonté de continuité, l’équipe qui l’entourera. Celle-ci sera la même que lors des années précédentes. Mais le nouveau directeur compte aussi apporter sa touche personnelle au projet, notamment agir avec les habitants de Lomme directement. Les Lommois regardent plus souvent ce qu’il se passe dans d’autres lieux de la métropole que ce qu’il se trouve chez eux. « L’effort ça va être de la médiation, rencontrer les gens, ramener des spectacles dans les quartiers qui ont la particularité d’être côte à côte mais très éloignés dans leurs fréquentations. Il n’y a pas forcément de voyages des uns vers les autres ». Amener les habitants à Beaulieu semble donc être un des gros axes de travail sur les années à venir.

À lire aussi :  La cohabitation intergénérationnelle : deux générations, un même besoin

Lionel Delecroix compte aussi beaucoup sur les partenariats, notamment celui développé avec « l’Odyssée médiathèque » qui permet d’avoir des interactions avec différents publics. L’idée est de voir s’il y a un lien possible avec le monde littéraire :« Les gens qui en journée se retrouvent à la médiathèque vont peut-être venir au spectacle le soir et découvrir un endroit qu’ils ne sont peut-être pas habitués à fréquenter ».

Une nouvelle salle pour élargir l’offre

Beaucoup d’espoirs sont aussi portés sur la création en 2020 d’une nouvelle salle annoncée par le maire, selon lui La Maison Folie Beaulieu joue son rôle mais s’adresse à un public ciblé. Cette nouvelle possibilité élargira l’offre. Avis partagé par le nouveau directeur: «  Elle va permettre aux associations d’avoir un lieu de diffusion central plus grand, avec de vraies conditions professionnelles. Cela permettra de multiplier l’offre culturelle d’un point de vue beaucoup plus associatif ». En terme de places, aujourd’hui la capacité est de 220 places assises, et 500 debout. Avec cette nouvelle salle 500 places assises seront à disposition.

Des contenus originaux

La métropole lilloise propose une offre abondante d’événements culturels. Chaque soir il n’est pas rare d’avoir le choix entre plusieurs concerts et spectacles, une bonne chose pour Lionel Delecroix : « ce qu’il y a de bien c’est qu’avec tout ce choix tout le monde y trouve son compte, et les salles sont rarement vides ». Le tout est de réussir à tirer son épingle du jeu, « c’est notre travail à tous de proposer des choses intéressantes, de coller à l’actualité, de déceler les groupes qui dans quelques mois peuvent exploser ». Les formes alternatives, les prestations originales sont donc la base de leur réflexion. Il y a aussi une volonté commune entre l’organisation et la municipalité de proposer des prix très bas et des tarifs étudiants qui peuvent aller jusqu’à moitié moins cher que ceux habituels. « On ne veut pas que les gens se disent qu’ils ne peuvent pas y aller parce que c’est trop cher ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here