Rokugani : le jeu grandeur nature

L'association tire son nom de Rokugan, territoire fictif du jeu de cartes Legend of the Five Rings.

Fondée en 2015 par plusieurs amis passionnés, Rokugani est une association dont l’objectif est de promouvoir et d’organiser des jeux de rôle grandeur nature, abrégé en « jeu de rôle GN », ou bien en « GN » pour les intimes. L’association puise son inspiration dans le monde médiéval fantastique et la culture nippone essentiellement, thèmes jusque-là peu représentés mais très appréciés des membres fondateurs.

Logo de l’association les Rokugani, un samouraï.

Peut-être avez-vous déjà croisé un dimanche, dans le parc de La Citadelle à Lille, des gens portant des costumes et des armes qui évoquent instantanément l’Asie. Dans ce cas, il s’agissait très probablement de membres des Rokugani en plein entraînement. « Quand les gens nous voient en costume, à La Citadelle, ils sont surpris, rigolent, mais ils sont curieux finalement », répond Alister, le président.

Il y a une quinzaine de membres au total, surtout de jeunes adultes, et vivent tous dans la région. Ils préparent bien sûr des GN, mais pas seulement : des entraînements, du cosplay (costume playing), et des manifestations comme le Forum des associations ou encore le Téléthon.

Jeu de rôle et jeu de rôle GN, quelles différences ?

Le jeu de rôle est une activité ludique où l’on doit interpréter un rôle selon des règles. On peut distinguer le jeu de rôle sur table, sous forme de jeu de société; et le jeu de rôle GN. Ce dernier se joue en plein air, les joueurs y incarnent physiquement leur personnage et évoluent dans un scénario établi par des organisateurs. Les participants, des centaines voire des milliers pour les plus grands GN, logent dans un camp. Ce phénomène est apparu dans les années 1970 aux Etats-Unis.

Pour se fondre au mieux dans la peau des personnages, l’association possède un grand nombre d’accessoires : au moins dix équipements complets avec une tenue, des amures de samouraïs, costumes de créatures fantastiques. Pour le campement, de la vaisselle, des tentes, ou encore du matériel pour l’éclairage. Sur le camp, on évite les anachronismes avec les Rokugani : ils camouflent même jusqu’aux poubelles !

Une forme d’épanouissement personnel

« Il faut vraiment connaître cet univers pour jouer son personnage », explique Nicolas, le trésorier. Pour les membres, qui sont déjà familiers du thème fantastique asiatique, les GN sont l’occasion de partager un bon moment, mais le jeu a apporté à certains un bien-être : « c’est un moyen de se couper du monde, de se lâcher, d’être avec les autres. Au départ, la plupart d’entre nous étaient introvertis, et ce type de jeu nous a aidés à nous épanouir », nous confie Alister.
Il existe bien sûr beaucoup d’autres associations dans le domaine des GN et sur des thèmes très divers : les zombies, le monde antique européen, l’univers autour d’un film ou d’une série… il y en a pour tous les goûts !

Qui a dit que le jeu de rôle GN n’était pas physique ?

Rédacteur : Alexandre Gournay

Vidéo : Dylan Regnault

Correction : Julie Duhaut