Depuis 2008, en France on peut travailler sous le statut d’auto-entrepreneur. Cette démarche a pour but de faciliter la gestion administrative des travailleurs indépendants, mais cela permet également à quiconque de faire de sa passion son métier. Que vous soyez artiste, féru de cuisine, retraité ou encore jeune étudiant comme Sarah Meyssonnier, l’auto-entrepreneuriat n’est qu’une question de détermination.

A 19 ans, cette étudiante en histoire et journalisme qui arbore autant d’assurance que de simplicité, combine ses études avec son entreprise de photographie. Le regard ardent, elle nous raconte qu’elle a toujours grandi avec un appareil photo dans les mains. Quand elle découvre le monde du cyclisme avec son grand père, elle en tombe amoureuse. Au fur et à mesure qu’elle foule les courses de vélo, accompagnée de son appareil photo, ses deux passions se cultivent l’une l’autre.

De la passion à l’entrepreneuriat

Pour Sarah, son projet se concrétise après plusieurs expériences professionnelles. A 17 ans, elle obtient un stage en tant qu’assistante photographe avec une agence américaine, pour couvrir le Tour de France. « J’avais un niveau assez amateur, c’était avant tout pour découvrir, mais déjà à ce moment-là j’avais senti un déclic. »

L’été 2017, elle ne manquera pas le rendez-vous du Tour de France, mais cette fois-ci en tant qu’employée saisonnier, dans l’équipe de communication.

Son objectif c’est d’être vue comme une professionnelle mais aussi d’acquérir un réseau solide.

Après plusieurs retours positifs sur son travail de la part de photographes professionnels, Sarah se dit « Pourquoi je n’essayerais pas d’en vivre ? ». Désireuse de donner une visibilité à sa passion, elle se lance alors le défi de créer sa propre entreprise. Dans sa tête tout est clair : « Je me suis dit qu’en étant étudiante, j’avais la sécurité financière avec mes parents et qu’il n’y avait pas l’urgence de bénéfice. ». Pour elle, un autre avantage de l’auto-entrepreneuriat, c’est qu’elle gère elle-même ses contrats pour ne pas être surmenée avec ses études.

À lire aussi :  La solidarité, nouvelle forme de délit ?

Sarah sait ce qu’elle veut, son objectif est d’être vue comme une professionnelle mais aussi d’acquérir un réseau solide, et ça marche ! Après le lancement de son entreprise en fin d’année 2017, une proposition de contrat avec une marque de prêt-à-porter sportive lui tend les bras.

Sarah photographie Chris Froome, vainqueur du Tour de France, lors de la dernière étape le 23 juillet 2017.

Avoir sa propre entreprise, c’est si simple que ça ?

Réaliste, Sarah sait que si elle a pu concrétiser son entreprise, c’est aussi grâce aux conseils de son entourage : « J’avais pas mal d’amis qui avaient déjà fait la démarche, et ça m’a paru extrêmement simple. »

Largement informée sur le sujet, elle nous explique que les démarches peuvent aussi bien se faire auprès de la Chambre des métiers que sur Internet. Cependant, cela nécessite une familiarisation avec le jargon entrepreneurial et administratif.

La prochaine étape pour l’entreprise de Sarah : développer un site pour présenter son activité et créer de la photographie. Pleine d’ambition et d’un pas toujours décidé, Sarah se dit qu’un jour peut-être elle photographiera non seulement le sport, mais aussi tout ce monde qui l’entoure.

Si vous aussi vous voulez vous lancer dans l’entrepreunariat, voici quelques conseils de Sarah :