Comme chaque année, le Fresnoy , Studio national des arts contemporain , propose une exposition consacrée aux productions de ses étudiants.

C’est avec timidité que l’on rentre dans la salle, un peu impressionnés par ce grand bâtiment gris. Pourtant, l’ambiance intérieure est épurée et apaisante. « Vous passez la porte de l’exposition et vous êtes ailleurs » nous souligne Christelle Dhiver, assistante communication au Fresnoy. Cette exposition fait l’effet d’un arrêt dans le temps.

S’allonger pour observer la cime des arbres et écouter les bruits de la nature, s’asseoir dans le creux d’une baignoire pour écouter les paroles qui s’en échappent : ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Chaque œuvre est un mystère à percer. Pour cela on joue avec les lumières, le son, l’image, le toucher et même l’odorat. Les cinq sens sont mis à contribution à l’aide de toutes sortes de techniques : des écrans, des casques audio, des odeurs de charbon ou encore des casques à réalité virtuelle dans une œuvre qui nous invite à voyager avec des Bédouins.

Se plonger dans une œuvre, c’est oublier le reste de l’exposition. On reste hypnotisé par le brouhaha qui s’échappe des baignoires, par la lumière attirante d’un prisme coloré.

« La création de Dieu » , Marissa Viani

Dans cette nef à deux étages, les œuvres les plus farfelues et inattendues envahissent l’espace. Chaque création constitue un univers bien particulier. Pourtant, aucun thème n’est imposé aux 48 étudiants de l’école, seulement des techniques de travail. « La première année, on demande aux artistes de travailler sur les médias traditionnels : le cinéma, la vidéo, le son ou encore le spectacle vivant. Et en seconde année, on leur demande de produire dans le thème de la création numérique. » explique Christelle Dhiver. Le but est de respecter « le parcours et l’univers de chacun ».

C’est aussi le mélange des genres qui fait l’originalité de cette exposition selon elle : « Le Fresnoy, c’est un lieu où l’on va faire des choses différentes. Il y a un pont qui existe entre les différentes disciplines ». Tandis que le rez-de-chaussée abrite de grandes œuvres jouant autour du son et de la vidéo, les œuvres de l’étage sont majoritairement des travaux autour de la photographie.

À lire aussi :  Sneetch s'est incrusté au concert acoustique de Deluxe

Cette exposition est le fruit d’un an de travail accompagné par des professeurs. Elle constitue l’aboutissement d’un projet pour ces jeunes artistes du Fresnoy.

Informations pratiques :

Le Fresnoy, 22 Rue du Fresnoy, 59200 Tourcoing – 03 20 28 38 00 – Du 22 septembre au 31 décembre 2017 – Ouvert le mercredi, le jeudi et le dimanche (14h-19h), le vendredi et le samedi (14h-20h) – Tarif normal : 4 euros ; tarif réduit : 3 euros .