Les 11 et 12 mars dernier, la Halle de la Glisse accueillait la deuxième étape du championnat de France de skateboard 2017. Un rendez-vous immanquable pour les mordus de la planche à roulette. Sneetch a voulu en savoir plus sur une discipline qui oscille entre sport et pratique artistique.

Pour la huitième fois de son histoire, la capitale des Flandres accueillait une étape du championnat de France de skate. Lieu incontournable au Nord de Paris réputé pour sa qualité, la Halle de la Glisse n’avait cependant pas accueillit d’étape depuis six ans, hormis la coupe de France en 2015. Après Chelles le mois dernier, les meilleurs skateurs de l’hexagone ont fait escale à Lille pour une étape 100% Street. De ce fait pas de bowl (un module de skatepark type « bol ») ni de rampes fulgurantes mais beaucoup de technique pure au rendez-vous.

La compétition s’est déroulée en deux phases : les qualifications le samedi, puis les phases finales le dimanche. Trois juges de la CNS (Commission Nationale de Skate) étaient présents afin de départager la centaine de riders classée dans quatre catégories : juniors (-16 ans), espoirs (16-17 ans), séniors (+17 ans) et filles. « Le jugement des skateurs est assez subjectif, ça dépend beaucoup de leur style », explique Greg Poissonnier, speaker de l’évènement et responsable de la communication au sein de la CNS. « Après ce qu’on peut quantifier c’est la vitesse, la technicité, la propreté d’exécution, l’originalité, et la capacité à utiliser tous les coins du park, à être complet. »

Le podium sénior : Gabin Herman, Vincent Milou et Joseph Garbaccio

C’est au terme d’une finale haletante dans la catégorie sénior que Vincent Milou, déjà vainqueur à Lille en 2015 et maintenant internationalement reconnu, s’est imposé. Sur la seconde marche du podium on retrouve Joseph Garbaccio le champion de France en titre suivi du local Gabin Herman du NSM (North Skateboarding Movement). Le championnat nous donne d’ores et déjà rendez-vous le 8 et 9 avril prochain au Mans pour une troisième étape Street & Bowl.

À lire aussi :  Conseils logement : visite des quartiers 4/6 (Vauban - Esquermes)

Et à Lille ça roule ?

La foule de spectateurs présente lors de cette étape témoigne d’un réel intérêt des Lillois pour le sport de glisse. Mais Lille possède-t-elle vraiment une culture skate ? Il est vrai qu’à première vu les skatteurs ne courent pas les rues du centre-ville contrairement à d’autres villes françaises. « Il n’y a qu’une vingtaine de gars à Lille qui entretiennent une réelle culture street. Ici les jeunes font beaucoup de park ou de street-park, c’est pas la même chose », confie Alexis Devos, vice-président de l’association Lille Sessions Libre, organisatrice de l’évènement. En effet, les nombreux spots pavés de la ville sont difficilement skatables : « Aujourd’hui dans le Nord il faut être créatif pour faire du street », poursuit l’intéressé.

Malgré tout certains bons riders de la ville sont reconnus sur la scène européenne comme Olivier Ente ‘Tavu’, pionnier du skate à Lille, ou encore Valentin Bauer. De plus, la récente construction d’un bowl (sous le viaduc du métro à l’arrêt Porte de Valenciennes), et l’organisation d’évènements majeurs comme le championnat de France laissent d’heureux présages pour l’avenir du skate lillois. « Ce genre de réunion nous permet de skater ensemble, quelque soit les âges et les provenances », raconte Vincent Milou, vainqueur de l’étape. « Ça pousse les jeunes à tenter des trucs nouveaux ». Dernièrement le monde du skateboard a passé un cap suite à son intégration au programme Olympique. On pourrait donc espérer que les investissements et les infrastructures se fassent plus nombreux dans les années à venir.

Photos : Manon Debut

À lire aussi :  Espace bidouille : l'asso des démerdards

Rédacteur : Benjamin Martinez

Vidéaste : Clément Pravaz

Chef de rubrique : Léa Gorius

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here