Le yoga est très à la mode en ce moment et possède même depuis 2014 sa journée mondiale le 21 juin. Mais beaucoup d’idées reçues altèrent notre vision de cette pratique dont nous avons souvent une vision erronée. En réalité le yoga est-il vraiment un sport ? Quels en sont les bienfaits ? Qu’en est-il de ses dérivés ? Sneetch a enquêté.

À l’origine de cet exercice, on trouve un texte appelé le Yoga Sutra de Pantanjali, qui regroupe les pratiques du yoga traditionnel. C’est une sorte de compilation des éléments indispensables au yoga, mais c’est surtout un véritable enseignement sur la philosophie du yoga. En effet, outre les postures, le yoga c’est avant tout un mode de vie. Pour Neda Lazarevic, professeure à Yogalite dans le Vieux Lille, le yoga n’est pas vraiment un sport car « le but de cette pratique ce n’est pas le corps, il est un outil de la pratique. Le but du yoga est de devenir une meilleure personne, de cultiver une paix intérieure, pour devenir la meilleure version de soi-même ». La plupart des personnes débutantes dans son cours viennent parce que « le yoga c’est à la mode, mais ils se rendent vite compte que c’est plus qu’un petit loisir qui fait du bien ». Neda enseigne le hatha yoga, qui allie une pratique posturale et une pratique respiratoire appelée pranayama, qui a pour but de purifier le corps de l’intérieur en expulsant tout ce qui y est négatif. Mais d’autres sortes de yoga existent comme le karma yoga qui, nous explique-t-elle, consiste à « faire du bien aux autres sans rien attendre en retour ».

Ses cours commencent toujours par un temps de discussion dans une ambiance chaleureuse, où se mêlent coussins, tapis, vieilles briques et lumière tamisée. Elle y évoque des « disciplines relationnelles » ce qui concrètement consiste à aborder un thème, ce mois-ci: la sincérité. Ce ne sont pas des directives sur le comportement mais, pour ce sujet, plutôt des paroles qui font prendre conscience de nos propres actes et qui encouragent à être sincère envers soi-même. Elle incite ses participants à s’observer dans la vie de tous les jours pour pouvoir améliorer leurs comportements et réussir à mieux appréhender certaines situations dans lesquelles ils ne se sentent pas à l’aise. Ce temps de réflexion est une partie très importante qui est parfois victime de son succès car « dans certains cours, les gens sont tellement intéressés par la discussion qu’il n’y a plus de temps pour la pratique posturale ».

Yoga traditionnel et dérivés, l’objectif reste le même : faire du bien

À lire aussi :  Régate des IUT : cinq étudiants lillois tentent de mettre les voiles

C’est dans ce but que Mangaia Bar pratique le yoga du rire. Professeure depuis 4 ans, elle voit cette discipline comme « une pratique qui permet de cultiver son positivisme et son optimisme ». Inventé par le médecin généraliste indien Madan Kataria en 1995, c’est une activité qui permet d’écarter le stress et de « s’ouvrir aux autres, parce que dans la vie tout est effet boomerang, quand tu projettes du positif tu attires du positif ».

Au-delà de l’aspect amusant, le yoga du rire est pour elle un sport à part entière: « On sollicite 120 muscles et 10 minutes de rire équivaux à 30 minutes de cardio ». Mais le but étant avant tout de « retrouver son âme d’enfant », d’apprendre à appréhender les petits couacs du quotidien avec le sourire, à se reconnecter avec le plaisir des petites choses.

Alors si tu as le moral dans les chaussettes avec l’arrivée de l’hiver, c’est peut-être le moment d’adopter la philosophie yoga !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here