Le Singing Studio à Lille à ouvert ses portes pour trois soirées de sélections afin de désigner les gagnants qui iront à la finale nationale de karaoké qui se déroulera à Lille le 22 avril. De nombreux candidats sont venus pousser la chansonnette en espérant remporter le même succès que la Béthunoise Marina Trinel, couronnée vice-championne d’Europe l’année dernière.

C’est dans une ambiance tamisée au sein d’une petite salle que nous arrivons. Les participants ne sont pas encore arrivés, et Dominique l’animateur de la soirée s’occupe de faire les balances son. Dans une salle à côté, on peut entendre des jeunes filles s’égosiller sur du Téléphone « Ca (C’est vraiment toi) ». L’intérieur se rempli, petit à petit, de personnes de tout genre : adultes et adolescents se mêlent entre eux dans une ambiance très décontracté. Tout le monde souhaite participer à cette expérience qu’est l’Euroke.

L’Euroke c’est le championnat d’Europe de Karaoké créé il y a à peu près 5 ans par un Autrichien et qui grossit d’année en année. La France s’est lancée dans le championnat seulement l’année dernière mais a toutefois remporté un beau succès avec Marina Trinel devenue vice-championne d’Europe.

Affiche officielle de l’Euroke 2018

Après la Hongrie en 2017, cette année ce sera la Crète qui accueillera le championnat d’Europe. Le gagnant de l’Euroke remportera ensuite sa place au championnat du monde de karaoké. Et cerise sur le gâteau, le championnat du monde aura lieu cette année en France ! De nouvelles sélections auront lieu afin d’élire cette fois un duo et un représentant français.

Se déroulant en septembre à Paris, la France accueillera 40 pays et 120 candidats sur 4 jours. Diane Tell sera la marraine de l’événement et nous gratifiera d’une petite performance (Ah moi « Si j’étais un homme » j’irais immédiatement l’écouter chanter !). A la clé du championnat du monde : un contrat d’enregistrement, une somme de 1 500$ et un voyage l’année d’après dans le pays organisateur. Pas mal non ?

Les casseroles n’ont leur place qu’en cuisine

Les participants de l’Euroke ne sont pas des chanteurs professionnels nous explique Frédéric Laurent, dirigeant de la société L&D et qui s’occupe de la partie technique des sélections : «Ce sont des chanteurs amateurs qui connaissent un peu le karaoké et qui aiment chanter en famille ou entre amis, et qui souhaitent un peu prolonger l’expérience en se montrant sur une scène où il n’y a pas vraiment d’enjeux. »

Le but n’est donc pas de réaliser un disque, ou de gagner énormément en notoriété (notons toutefois que Marina Trinel a été sollicitée pour de nombreuses émissions dont La Gaule d’Antoine De Caunes) ; ce n’est pas un exercice d’excellence comme un concours de chant traditionnel, c’est avant tout un concours fait pour s’amuser.

A l’inverse, l’Euroke mène à un autre championnat qui est cette fois un vrai concours de chant. En effet, le championnat du monde de karaoké n’a plus de karaoké que le nom. Il faut néanmoins être majeur dans les deux championnats afin de pouvoir participer.

L'Euroke en chiffres

  • Les sélections se sont déroulées les 28 et 29 mars et le 4 avril à Lille au Singing Studio pour la deuxième année consécutive.
  • Cette année, il y a eu également des sélections à Paris, Lorient et Lyon.
  • L’année dernière, sur 120 candidats, 4 ont été sélectionnés pour partir au championnat d’Europe à Budapest.
  • Le championnat d’Europe c’est : 19 pays, 37 candidats, 3 soirs.