À partir du lundi 5 février, tout mégot jeté sur l’espace public sera sujet à une contravention de 68 euros. Une « nouvelle étape dans la lutte contre la pollution urbaine », selon la mairie.

À l’origine de cette initiative, Martine Aubry, maire de Lille, s’était déjà penchée en avril 2016 sur la question des mégots à travers une campagne d’affichage choc. « Et là vous voyez le problème ? » : cette question, accompagnée d’un mégot géant composé de milliers de résidus de cigarettes, dressé sur la Grand’ Place de Lille, visait à sensibiliser les pollueurs. En effet, chaque année 18 tonnes de mégots sont ramassés dans les rues de la ville. La prévention s’étant montrée inefficace, la ville de Lille passe dorénavant à la sanction.

Il suffit de regarder les rues de Lille pour comprendre l’urgence d’une telle mesure. Pour Catherine, policière non fumeuse : « C’est avant tout du civisme. Les gens ne vont pas arrêter de jeter leurs cigarettes par terre du jour au lendemain parce qu’il y a une amende. C’est ancré dans la mentalité des gens. » Pour sa collègue Alice, fumeuse : « Ça ne suffira pas à dissuader les fumeurs. »

Malgré des cendriers, les mégots de cigarettes finissent par terre.

Cette nouvelle décision semble difficile d’application

« Nous avons d’autres priorités », ajoute Catherine. « Si nous sommes en service pour assurer une sortie d’école, la sécurité des enfants prend le dessus sur la verbalisation de quelqu’un qui pourrait jeter sa clope à coté de nous. » De plus, les policières nous informent du manque d’effectif : « Nous sommes 100 policiers municipaux pour la ville de Lille. On ne peut pas être partout ».

Certains fumeurs trouvent l’excuse du manque de cendriers ou de poubelles en ville, comme Nathalie commerçante, en pause cigarette : « Si il y a un endroit où je peux jeter mon mégot à proximité je le fais, sinon non… ».

Point positif, le montant de l’amende semble dissuasif pour Camille, étudiante, cigarette à la main, qui trouve celui-ci « excessivement cher », la somme récoltée servant à compenser les dépenses de la ville liées au nettoyage des mégots.

À lire aussi :  Trois étudiants de l'ISEN veulent aider les asso à rentrer dans l'ère digitale

Fumeurs, sachez que 68 euros représentent 48 cafés en terrasse,12 kebabs et 8 places de cinéma. Alors réfléchissez avant de vous débarrasser de vos mégots n’importe où !

  • Chaque année, la ville de Lille dépense 14 millions d’euros pour assurer la propreté de la ville.
  • Un mégot met entre 6 mois et une dizaine d’années, selon les conditions climatiques, pour se décomposer dans la nature.
  • On compte environ 16 millions de fumeurs en France
  • Dans le monde, 4 300 milliards de mégots de cigarettes sont jetés dans les rues chaque année, soit 137 000 mégots par seconde
  • Les mégots représentent 40 % des déchets présents dans la mer Méditerranée