La monnaie locale débarque à Lille !

Et si la monnaie locale pouvait créer de l’emploi et redynamiser l’économie régionale tout en préservant la planète ? C’est le pari fou d’un groupe de citoyens lillois lancé après la sortie du film « Demain ». Dans cette enquête, les deux réalisateurs, Mélanie Laurent et Cyril Dion, sillonnent la planète pour découvrir les solutions existantes permettant de faire face aux crises écologiques, économiques et sociales. Parmi elles, la monnaie locale complémentaire.

“Qui voudrait lancer une monnaie locale ?” demande Nicolas Gantois, ingénieur en génie thermique, à la fin du film Demain. Une grande partie de la salle lève la main. Après avoir  récupéré les coordonnées des spectateurs intéressés, Nicolas organisera une réunion avec des gens d’univers bien différents et de tout âge. Le but ? Participer à la création de la monnaie locale de Lille, projet déjà en cours de réflexion par la Métropole Européenne de Lille (MEL). Pour comprendre ce qu’est une monnaie locale, Nicolas explique que c’est avant tout, “un outil mis au service d’un projet de société. Pour connaître les critères d’utilisation d’une monnaie locale, il faut d’abord définir les valeurs et les causes qu’elle entend promouvoir. Elles peuvent être très différentes. »

L’instigateur du projet prend l’exemple de Grande-Synthe, près de Dunkerque, où « la commune a lancé une monnaie locale dans le but de promouvoir les énergies renouvelables. Un habitant peut donc aller à la banque pour échanger 1000€ contre 2000 unités de monnaie locale pour installer des panneaux solaires ou une éolienne chez soi par des entreprises agrées de la région. Pour la ville de Grande-Synthe, cela permettra de relocaliser les emplois et de développer les énergies renouvelables. En gros, c’est gagnant-gagnant, pour l’économie locale et pour la planète.”

Mais à quoi ça sert ?
schema-explicatif-de-lintere%cc%82t-de-la-monnaie-locale“Outre ce projet, une monnaie locale à Lille permettrait de relocaliser l’activité économique en empêchant les capitaux de fuir le territoire. En effet, quand on dépense 10€ dans une entreprise, une partie fuit la région pour payer les activités sous-traitées ailleurs. Avec la monnaie locale, cela n’est plus possible. » Pour Nicolas, les personnes utilisant la monnaie locale peuvent orienter les décisions prisent dans la région : « Le consommateur aura donc le pouvoir d’influencer les choix faits près de chez lui en dépensant son argent. L’intérêt pour le consommateur à dépenser sa monnaie locale sera donc que celle-ci circule sur le territoire permettant aux entreprises de mieux marcher, à l’économie locale de se développer, et donc aux entreprises d’embaucher. En même temps, on réduit le coût environnemental en diminuant le transport.”
En se structurant, l’association entend peser dans le débat pour la mise en place de ce projet. En effet, ce dernier sera coconstruit par les commerçants, les institutions locales (MEL) et les citoyens, qui se forment déjà au sujet pour ne pas se faire écarter de la démarche par des politiques et des commerçants déjà bien structurés. “En prenant de l’avance sur la démarche de la MEL, cela permettra d’être une force crédible dans la réflexion sur la mise en œuvre de la monnaie locale et d’être sur un pied d’égalité avec les autres acteurs du projet.”

Le jeudi 8 décembre, la MEL organisera une réunion de lancement et d’échange sur la monnaie locale à 19h dans la Salle du Gymnase à Lille. Cette première phase du projet consistera à informer les citoyens sur ce qu’est la monnaie locale avant de savoir quelles sont les attentes des lillois pour ce projet.

À lire aussi :  Musique et études : le combo parfait ?

Pour plus d’informations:
La page facebook de la monnaie locale Lille

 

L'avis des étudiants

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here