Mercredi 21 mars était organisée la deuxième édition de Color My Campus. Cette course d’un peu moins de 4 kilomètres s’est effectuée sur le terrain de l’université de Sciences humaines et sociales de Lille, sous les jets de poudres bariolées. Malgré tout, si cet événement orchestré par l’association sportive de la fac est haut en couleur, ses origines restent plutôt obscures.

La color run et ses débuts

Cet événement reprend le concept lancé par Color Me Rad et The Color Run pour la première fois à Phoenix (États-Unis), en 2012. Chaque année, ces entreprises américaines organisent des courses de 5 kilomètres pour célébrer le printemps, en s’inspirant de la fête nationale indienne : la Holi. Moyennant 35 €, ce type de course à pied se veut ludique et moins rébarbatif pour ceux qui n’affectionnent pas particulièrement le sport. Classement et chronomètre sont en effet bannis.

Munis d’un t-shirt blanc immaculé au départ, les participants se retrouvent sous une pluie de pigments, dans ce qui est appelé « zone de couleurs », à chaque nouveau kilomètre. Ces poudres colorées à base de fécules de maïs, totalement naturelles, sont même comestibles ! Ce qui est plutôt un bon point quand on voit l’état des coureurs en fin de parcours : personne n’est épargné par les volutes roses, jaunes ou bleues. Tout le monde ressort avec un trophée personnalisé : un t-shirt barbouillé de couleurs et trempé dans le vinaigre blanc pour les conserver.

Les deux entreprises citées précédemment semblent avoir trouvé la clé du succès, mêlant couleurs, musiques tendances et sport pour une ambiance assurée. Les color run n’ont cessé de se multiplier dernièrement, et peuvent rassembler jusqu’à plusieurs milliers de participants dans les plus grosses villes. D’autres acteurs s’emparent ainsi du phénomène de mode, à des échelles certes moindres, mais toujours avec autant d’entrain.

De Phoenix à Villeneuve-d’Ascq

On vous l’accorde, le rapprochement de ces deux villes n’est pas évident. L’association sportive de Lille 3 a pourtant relevé le défi d’organiser pour la deuxième année consécutive une color run.

Créée en avril 1948, l’association compte aujourd’hui 6 professeurs et 6 étudiants. En plus de proposer un grand nombre de sports, des événements tels que « des challenges, des matchs, ou encore des tournois » sont mis en place tout au long de l’année, notamment à l’aide du Comité régional du sport universitaire de Lille.

Dans le cadre du Printemps des Associations, s’étendant du 20 au 22 mars, l’AS de Lille 3 a choisi d’organiser Color My Campus, malgré quelques difficultés. « Pour tenter de réaliser cet événement, nous avons tout d’abord fait une demande de financement. Mais nous avons eu la réponse positive ce lundi 12 mars seulement », confie l’un des membres. En effet, ce genre d’événement est en partie financé par le Fond de solidarité et de développement des initiatives étudiantes, qui doit décider du pourcentage d’aides qu’elle apportera. La région et l’université participent également au financement. Au total, cette course à but non-lucratif aura coûté un peu plus de 1000€, pour 250 à 300 participants prévus.

Course colorée : succès garanti ?

Face au triomphe du premier Color My Campus, l’association n’a pas hésité longtemps avant de lancer la deuxième édition : « Nous avons été agréablement surpris par la question de l’organisation d’une nouvelle Color My Campus lors des inscriptions à l’AS par des personnes ayant participé à celle de l’an dernier. »

Du jaune, du violet, les étudiants en voient de toutes les couleurs !

En effet, pour les organisateurs « ce phénomène de mode incite les gens à courir car il permet de courir tout en pensant à autre chose et en s’amusant avec ses amis. De plus, la faible distance permet d’ouvrir également la course aux personnes qui n’ont pas l’habitude de courir. » Tout est donc fait pour rayer l’aspect « ennuyeux et fatiguant » d’un tel événement, qui en décourage généralement plus d’un. Autre atout de Color My Campus : la participation est gratuite, ce qui est toujours un avantage considérable aux yeux des étudiants et de leur léger porte-monnaie.

Pour les organisateurs, si le projet est avant tout source de festivité et de bonne humeur, il sert aussi à promouvoir l’AS dans le cadre du Printemps des Associations : « Il nous fallait un événement convivial tel que ceux que nous proposons avec les Challenges universitaires. » Et au vu des rires et visages enjoués d’environ 250 participants, c’est réussi !

 

Et la Holi, c’est quoi ?

Fête nationale de l’Inde, elle est aussi appelée fête des couleurs. Vêtue de blanc, la foule se jette différents pigments de couleurs, chacun ayant sa signification :

  • le vert pour l’harmonie
  • l’orange pour l’optimisme
  • le bleu pour la vitalité
  • le rouge pour la joie et l’amour

Impressionnante et photogénique, des dérivés de la Holi s’exportent désormais partout dans le monde.