Le street-artist M.CHAT expose ses nouvelles créations à l’Art to Be Gallery de Lille

C’est quoi « CHAT » ?  On pourrait croire à un jeu de mot typique du Nord, mais c’est bien ce qu’ont entendu M. CHAT et son agent, dans un estaminet de Lille vendredi soir. L’artiste franco-suisse s’est rendu dans la capitale des Flandres pour le vernissage de son exposition « solo » Be raining Cat, à l’Art to be Gallery, rue Saint-André. Discret mais direct, M. CHAT porte parfaitement son nom d’artiste. L’homme rit comme un chat ronronne, dans des gloussements que l’on ne peut que suivre. Au milieu de la quinzaine d’œuvres exposées, M. CHAT déambule çà et là, avant d’atterrir sur le banc dans la petite cour au fond de la galerie.

sneetch-etudiants-lille-m-chat-expoSon agent et ami, Stanislas Belhomme, ne peut s’empêcher de vanter les mérites de l’artiste. « Vous connaissez la particularité des tableaux de M. CHAT ? Quand je me lève le matin et que je vois une de ses oeuvres, ça me met bien pour la journée », explique-t-il. « Il écoute, c’est sa particularité », et effectivement, à en croire le nom de son exposition, « Be raining Cat », l’artiste a bien enregistré les clichés du Nord. Toutefois, la météo n’a pas fait mentir lesdits clichés, car c’est sous la pluie, dans la courée de la galerie, que M. CHAT s’est prêté au jeu de la mondanité apparente. Mais à mieux y regarder, c’est en véritable petit félin que l’artiste déambule entre les visiteurs, à pas feutrés. La pluie n’a pas effrayé notre artiste, qui n’en démord pas: son agent et lui apprécient la ville, et ce que M. CHAT préfère, « ce sont les briques rouges ». Briques qu’il a déjà honoré par le passé avenue Willy-Brandt, au Tripostal.

« Si j’étais un type de chat, je serais un chartreux, c’est un premier, tous les autres descendent de lui »

Mais lorsqu’on lui demande quelle race de chat il serait s’il venait à incarner son œuvre, la réponse est directe. « Je n’aime pas le concept de race, mais si j’étais un type de chat, je serais un chartreux, c’est un premier, tous les autres descendent de lui », confie t-il dans un sourire.

À lire aussi :  Don du sang : la fac de médecine a relevé le défi !

M. CHAT est d’une espèce en voie d’extinction, sneetch-etudiants-lille-m-chat-expo-2celle des artistes humbles, et généreux. L’histoire de M. CHAT remonte déjà à quelques années, quand l’homme, de son vrai nom Thoma Vuille, rencontre la petite fille, évoluant dans un contexte difficile, qui lui demandera alors de lui dessiner le chat d’Alice au Pays des Merveilles. L’histoire commence, en un mélange de félins, et d’art urbain. L’artiste n’a certainement pas oublié ses débuts, et son agent d’ajouter que « si Chat devait choisir entre passer l’après-midi dans une expo géniale ou avec une quinzaine d’enfants, il la passerait avec les gamins, c’est sûr ». En plus d’avoir neuf vies, M. CHAT aurait-il autant de cœurs?

sneetch-exposition-be-raining-cat-m-chat-lille-etudiantsAlors pour les petits curieux à l’âme aussi indépendante qu’un félin, venez poser vos pattes à l’Art to be Gallery, rue Saint-André à Lille, et ronronner devant les oeuvres de M. CHAT, exposées jusqu’au 25 septembre.

www.monsieurchat.fr

www.arttobegallery.com